Présentation

Actualité : Le Village itératif

Espaces Libres : Présentation

Depuis son invention académique et professionnelle par Daniel Lagache en France dans les années 1940-50, la psychologie clinique a connu bien des avatars, plus ou moins déterminés, dans l’aire francophone, par ses conditions historiques d’émergence « à la française ». Elle est aujourd’hui fortement marquée par une double influence : d’une part, une référence dominante, quasiment hégémonique, de la psychanalyse ; d’autre part, le développement d’une neuropsychologie cognitiviste de plus en plus présente dans les formations universitaires françaises et européennes.

Sont emblématiques à cet égard, le regroupement et la dénomination de plusieurs tests de personnalité, pour la plupart déjà existants, sous le vocable fédérateur et après-coup de méthodes projectives (L.K. Frank, 1939). Ce qui a donné l’opportunité en France, à partir des années 1960, d’une affiliation de ces méthodes de tests à une psychologie psychanalytique, via le concept de projection repris principalement dans son acception freudienne (Anzieu). Ces méthodes, dites aussi, et parfois, « épreuves cliniques », sont pourtant, à leur origine, souvent très éloignées de, ou simplement étrangères à, ces courants de la pensée et de la pratique psychologiques aujourd’hui politiquement premiers.

C’est pourquoi la revue numérique Espaces Libres, initiée par un collectif de psychologues et de psychothérapeutes, professionnels ou/et universitaires, se propose de défendre et de développer une approche épistémologique et critique de ces méthodes. Il s’agit de leur restituer leur sens et leur valeur spécifiques, ainsi qu’aux pratiques de changement psychologique qui peuvent en être issues ou rapprochées. Ces méthodes, en effet, exigent de les penser et de les expérimenter selon les perspectives anthropo-logiques qui leur sont propres, c’est-à-dire à la recherche d’élaborations théoriques et pratiques différenciées et pertinentes - dans un dépassement, par conséquent, du concept-écran de projection.

Ainsi, c’est dire qu’Espaces Libres s’ouvre au débat critique dans le champ d’une psychologie clinique, de fait, hétérogène, historiquement et fondamentalement contradictoire. Nous posons qu’il n’existe pas « une » psychologie clinique unique, ni encore moins unitaire, mais des cliniques psychologiques. Les « méthodes projectives » en ont créé et développé plusieurs exemples originaux, tant pour la pratique du diagnostic psychologique que pour celle de l’intervention psychologique, qu’elle soit thérapeutique ou autre, voire pour la recherche. C’est à ces cliniques « projectives » diverses et spécifiques, et à leur mise en valeur critique, que s’ouvre Espaces Libres, dans un large débat sur les enjeux et les fonctions des méthodes cliniques en psychologie.

Enfin, dans la mesure où les méthodes projectives sollicitent et mettent en travail des opérations d’expression et de création, Espaces Libres offre également une réflexion sur les principes et processus de la créativité, considérée ici du point de vue d’une psychologie de la production artistique et des pratiques pédagogiques et éducatives d’éveil à l’art ou de travail psychologique par l’art ou le jeu.

Le Comité de rédaction